Rendez-vous le 24 mai 2024 à Aix en Provence …

Consacrer la journée du 24 mai 2024 à célébrer Jean Digne  et les 50 ans de « la naissance d’Aix, ville ouverte aux saltimbanques  » ? L’initiative émane de Jean-Pierre Marcos  qui l’a dévoilée le 13 octobre 2023 lors des 40 ans de Générik Vapeur à Marseille … Pour l’instant, une simple bouteille à la mer, les tous premiers contacts avec la ville et un engouement certain des pionnières et pionniers du Théâtre de rue …

Petite histoire de :
« Aix ville ouverte aux saltimbanques et amuseurs de rue  … »

Un jour, à Aix en Provence Charles Nugue et Jean Digne défendent l’idée
que la rue doit redevenir un espace d’expression artistique. En janvier 71 ils
créent la fête du centre culturel Europe, avec pour volonté que les habitants
aient le sentiment d’une appartenance à la ville et Jean Digne de préciser «
dans cette utopie il faut qu’il y ait assez de propositions diversifiées pour que
tout le monde trouve chaussure à son pied »

Nugue et Digne : « … il faut faire des coups et que chaque coup soit comme
une fête »De ces intentions naissent une semaine contre le racisme avec la complicité d‘André Wurmser et un festival de musique de rue. En 1972, Jean Digne imaginatif et déterminé va mettre tout son enthousiasme, son côté
provocateur à inventer une manifestation où pourrait coexister le rapport
entre éducation populaire et culture institutionnalisée pour faire naitre la
création contemporaine .
Sa rencontre avec Jacques Livchine en 1972 sur le cours Mirabeau une
parade de rue pour présenter l’Avare and co, le succès remporté auprès du
public, renforcent sa conviction qu’un événement pouvait être inventé « hors
théâtre » sur le cours Mirabeau.
Voilà comment naquit en mai 1973 la première manifestation en Europe de
théâtre de rue, avec « Aix ville ouverte aux saltimbanques et amuseurs de
rue »

Jean dira plus tard, c’est la première édition de Aix ville ouverte aux
saltimbanques qui me confirme l’importance de la rue comme espace
collectif pour que la cité fabrique des citoyens
Il précise : «les artistes avaient envie d’avoir une autre utilité, nos actions ne
pouvaient plus seulement s’envisager dans les murs du théâtre. La rue, la
ville elle même étaient un écrin pour les artistes et la culture »
Trois jours de festivités qui transforme les rues d ‘Aix en espace de création
et de liberté et comme le voulait Jean Digne de « subversion poétique » la
rue devient l’espace par excellence où la distance ente émetteur et
récepteur peut s’affranchir.

De 1973 à 1976 des artistes de tous les pays et de toutes disciplines vont
faire vivre cette première initiative de théâtre de rue .
Comme le Théâtre de l’unité de Jacques Livchine et Hervée de Lafond,
Xavier Juillot, Pierre-Alain Hubert, Jean-Marie Binoche, Bernard Maitre et
Michel Crespin avec le théâtracide, Tragibulle, les frères Annezo et leur
musique mécanique Zigomar et Zouzou, Stromboli, les Blaguebols,
Albertys, le cirque des Frères Gulliver, Jules Cordières et son Palais des
Merveilles, Pascal Sanvic et ses marionnettes, Pierrot Bidon, les clowns
Colombaïoni, et leur Euro Circo de Romano, le Diable Blanc joué par Michel
Brachet, Bruno Schnebelin compagnie Ilotopie, Guénolé Azertiope, Odile
Duboc, Frank Herscher, Roland Roure et sa crèche animée, …

Philippe Duvignal, poète, écrivain public indiquait : «La tentative réussie de
Jean Digne et de son équipe d’Aix, participe d’une mise en scène à l‘échelle
d’une ville, la preuve qu’on peut faire de la ville autre chose qu’un espace
consacré au travail et aux commerces, un lieu pour favoriser la fête, les
rencontres et les rassemblements »

Le 24 mai 2024 prochain nous voulons fêter la création il y a 50 ans par Jean
Digne de ce premier rendez vous des arts de la rue « Aix Ville Ouverte aux
Saltimbanques et amuseurs des rues »  Jean Pierre Marcos , octobre 2023

Sources :
Charles Nugue in Place de la Culture éditions Gut et Mac 2001
Muriel Avrit Bougourd in Mémoire DESS 2003
Jacques Livchine Notes juillet 2023


Pour nous mettre en appétit, cette archive vidéo de l’INA ( 2’11 ») documentée par Sylvie Clidière …

Aix, ville ouverte aux saltimbanques, en 1973, est, pour la première fois en France à l’échelle d’une ville entière, la rencontre entre « cogne-trottoirs » de tradition, souvent privés de pavé par les mutations urbaines et des règlements coercitifs, et jeunes artistes qui souhaitent une relation ludique et socialisée au « tout public » de la rue. Jean Digne, directeur du Théâtre du Centre l’organise en collaboration avec Charles Nugue qui dirige le Relais culturel. « Les événements qui se déroulaient dans les lieux culturels spécialisés étaient, de fait, loin de la ville », explique-t-il. »La ville ne pouvait pas y montrer son grenier, sa part cachée, celle que je découvrais intuitivement derrière les conformismes et les rôles sociaux. Pour réaliser cette dramaturgie intime, il importait qu’elle devienne son propre théâtre, le lieu de sa propre fiction. » La fête collective, à laquelle s’associent des plasticiens et des groupes d’amateurs, a lieu chaque année jusqu’en 1976. Elle est souvent perçue comme l’événement fondateur des arts de la rue en France.

Jean Digne a également ouvert, à Villeneuve-lès-Avignon puis à Manosque, deux écoles d’été pour les arts et spectacles de tradition populaire, inventé en 1979 la Caravane culturelle, outil itinérant d’action artistique. Directeur de l’AFAA (Agence française d’action artistique), il a permis qu’existe l’aventure de Cargo 92. Il a présidé  Hors les Murs, Association nationale pour le développement des arts de la rue et des arts de la piste.

Documentation
– Floriane Gaber : Comment ça commença, Paris, éditions ici et là, 2009, pp. 204-233.
– Philippe du Vignal : « Aix, ville ouverte aux saltimbanques », Autrement, « La Fête, cette hantise ». Dossiers trimestriels 7/76.
– Nathalie Bentolila : « Que sont les irruptions devenues », entretien avec Jean Digne, Rue, Art, Théâtre, Cassandre, Hors les Murs/Parc de la Villette, octobre 1997.


+ Une première lecture conseillée pour replonger dans l’atmosphère des années 70 du côté d’Aix en Provence …

Il s’agit du Mémoire de DESS de Muriel Avrit Bourgoud  qui fait référence dans son introduction à …

L’intégralité du mémoire de Muriel est en ligne sur le site du Fourneau.com par ici : https://archives.lefourneau.com/ecritsmemoires/murielavritbougoud.pdf

A suivre  …