« Coma n°1 », colère noire de Pierre Berthelot

« En plein vortex mental et psychique
je suis dans une colère noire
pour une saison blanche annoncée
par les réductions de l’espace public
et des libertés individuelles … »
Pierre Berthelot
Générik Vapeur

« Scopitone !
En plein vortex mental et psychique
je suis dans une colère noire pour une saison blanche annoncée
par les réductions de l’espace public et des libertés individuelles,
dues à une gestion de la crise pour le moins « tartufiante ».
Pourtant combien de fois j’ai rêvé d’un arrêt total de l’activité économique,
tant pour des raisons écologiques, qu’éthiques ou philosophiques…

Aujourd’hui,
on nous oblige à porter des masques pour circuler,
les mêmes « on » qui ont censuré les Guignols de l’info,
tabassé les infirmières,
piétiné la « ligne jaune »,
gazé la plupart d’entre nous, inquiété les lanceurs d ‘alertes
et continué à détruire les Zad en plein confinement …

Demain, pour des raisons de reconnaissance faciale
ils nous obligeront à rester sur place,
en place, ils vont nous pucer comme les tortues marines,
afin de dénombrer les échouages,
et recenser les naissances …

Mais, comme dirait mon copain Juhuyng
« je laisserai mon portable à la maison …».
Nous allons donc redécouvrir les cartes routières en papier
celles qui sont impossibles à replier comme des tentes que l’on jette …
trafiquer les boussoles la tête dans les étoiles …
on va se faire repérer, merde !

Et comment croire que les censeurs, ces tartufes,
vont nous rendre ce qu’ils nous ont kidnappé,
liberté, santé publique, nos données personnelles…

C’est quand même incroyable cette frénésie de répression
au mépris de la santé publique, mentale et morale,
si les gens sont allés prendre l’air dans les parcs ou en bord de mer
c’est que le message de prévention n’était pas passé,
ils avaient comme les grands fauves
une envie vitale de se purger dans l’herbe grasse,
fuguer comme cancre avant l’interro …

la cloche a sonné comme un feu tricolore clignotant au vert !

Les septuagénaires ont bien compris
qu’ils n’avaient plus le droit de vote la veille d’une élection majeure,
message de prévention peut-être ?
Ou gestion déplorable, quel gâchis !

Et en plein confinement ça doit être joli joli, l’ambiance dans les mairies
entre les réprouvés et les non autorisés à prétendre l’écharpe,
les relégués fiers dans leur toge plébiscitaire,
les autres au trépignement d’audace, …
alors qu’une année sera nécessaire,
pour que les élections au suffrage universel soient reconduites…
avec le vaccin qui va bien avec… !

Lâche le manche ! Bordel !

Dans ma corbeille de fruits, quand une orange est gâtée
je la sépare des autres agrumes pour ne pas diffuser la moisissure,
et je m’en occupe et je laisse les autres en paix,
comment penser que dans les Ehpad
les aides soignantes (ts) ne soient pas dépistés,
autant lâcher Mistigri dans un élevage de souris blanches …

Quel gâchis !

Je pense à nos amis Africains-Indiens-Américains-du-sud-
nos quartiers-nord-nos amis de la santé mentale- d’Emmaüs-etc-etc-etc

Je pense aux Syriens, après 8 ans de guerre, 500 000 morts et 6 millions de réfugiés : leur tyran sanguinaire va reprendre le contrôle de l’ensemble du pays en pleine pandémie …

Chut ! Le président va parler … le président a parlé … les sondages sont bons pour les plus causants,
le ministre de l’intérieur va augmenter le prix du timbre fiscal, …
et nous, haut les mains ,
continuons de tousser, mais toujours dans les coudes écartés ..
à bas les cœurs ! …

J’ai adoré un journaliste en colère, qui a parlé de « propagande » en tant de guerre à propos des déplacements du chef d’état français sans la présence de journalistes indépendants.

La porte-parole du gouvernement est comme une imprimante 3D,
par empilement de couches successives et additives,
elle nous algorithme à chaque intervention les 6 conseils nécessaires pour résoudre en un temps record tout rubik’s cube..

Je lis un article, de Thiago Amparo journaliste du Folha de Sao Paulo, il affirme que Bolsonaro est fini « les crises comme celle que nous vivons actuellement révèlent des incompétents. Et sont cathartiques. L’image qui restera de la présidence de Bolsonaro, c’est le désespoir qui le rongera pendant les derniers instants au pouvoir. … »

Bonne nouvelle !
Peut-être un vaccin contre la pandémie des nuisibles !

Pour l’instant, je vis un instant grave d’une dictature en marche, la culture est à l’arrêt total, l’école est finie, de plus en plus de précarités et de violences conjugales …
Je me pose sans cesse ces questions absurdes,
qu’est-ce que la dichotomie entre le privé et le public,
car je ne pense pas que nos gouvernants envoient leur progéniture  à l’école publique, ni se font soigner dans nos chers hôpitaux publics …
sans parler des intérêts des uns et des autres dans la chaîne de la pharmacopée …

Loin de moi cette envie irrésistible de la théorie du complot …

Mon « consolement » serait peut-être de voir tout un peuple masqué contre les postillons du pouvoir, la fronde à la main, mais je ne devrais pas !

Je viens d’apprendre que » les mots bleus » sont en réanimation à Brest et qu’un tsunami de béton s’est abattu sur Sète…

Mais « Tartuffe » la pièce de Molière est en 5 actes et là nous n’en sommes qu’au prologue …

Lucha libre !  »

Pierre de Générik
11 avril 2020


Retrouvez le « Coma n°2  »  daté du 22 avril 2020 …

« Coma n°2 », Pierre Berthelot enrage …

2 réponses sur “« Coma n°1 », colère noire de Pierre Berthelot”

Les commentaires sont fermés.