Portuaire un jour, portuaire toujours !

5 novembre 2018 : plaisir tout particulier en ce lundi à évoquer devant les étudiants du Master Expertise et Gestion de l’Environnement Littoral de l’UBO, quelques chapitres poétiques qui ont associé Le Fourneau, le théâtre de rue et les professionnels du port de commerce de Brest .

La Boîte à outils de Générik Vapeur / 11 nov 94/ Photo Jacques Nicolas

En fréquentant quotidiennement pendant 30 ans le « Portde », on s’attache à ses quais et à celles et ceux qui les font vivre, transpirer et rêver. Pierre Mac Orlan l’écrivait en 1920  dans son  « Petit manuel du parfait aventurier » : « L’aventure est dans l’esprit de celui qui la poursuit, et dès qu’il peut la toucher du doigt, elle s’évanouit pour renaître bien plus loin, sous une autre forme, aux limites de l’imagination … »
Le rendez vous matinal Grains de Folie donné le 11 novembre 1995 sur le « Portde » peut à lui seul illustrer la cohabitation possible des différents métiers  portuaires. A 4h32, dans un demi-sommeil, le spectateur embauchait à La Maison de La Main d’œuvre, entre rêve et réalité

« Si toujours nous appelle la grande magie des ports,
c’est peut être qu’ils nous disent encore
quelque chose de nous-mêmes

qu’ils nous sont encore
comme la métaphore même de l’imaginaire. »
                                                                                                                    Michel Le Bris

En savoir plus sur :
– le programme complet de cette folle journée du 11 novembre 1995
– l’événement « Transhumance, l’heure du troupeau » de la Cie Oposito qui métamorphosa le Port de Brest le 25 octobre 1997
– la participation du Fourneau aux différentes Fêtes internationales maritimes
– les 145 Jeudis du Port mis en œuvre pour la ville par Michèle Bosseur, Jacques Guérin et Claude Morizur entre 1991 et 2017.
-l’évolution du Port de commerce de Brest ? Consultez le remarquable blog de Yffic Dornic intitulé « Les Mémoires du Portde » .